biographie

Ma photo

J'ai d'abord exercé comme enseignant spécialisé auprès de jeunes sourds. J'ai ensuite exercé différentes missions d'encadrement dans des établissements et services du secteur médico-social. Parallèlement, j'ai été formateur dans différents organismes. J'ai publié de nombreux articles dans des revues professionnelles, et un ouvrage aux éditions l'Harmattan en 2004.
Je suis en retraite depuis l'été 2016, et ressource disponible (gracieuse).
Pour lire ma bio complète, aller à la page "autres textes"

vendredi 20 janvier 2017

rapport scientifique sur l'école inclusive

Conférence de comparaisons internationales - Rapport scientifique - Ecole inclusive pour les élèves en situation de handicap


Ce rapport scientifique date déjà de janvier 2016. Il s’agit d’un travail préparatoire à la conférence de comparaisons internationales relative à l’école inclusive pour les élèves en situation de handicap (accessibilité, réussite scolaire et parcours individuels). Il a été rédigé par des auteurs connus pour leur expertise dans le domaine : Serge Ebersold, Eric Plaisance et Christophe Zander.

Ce rapport me propose une approche qui me semble complète, claire et approfondie sur les enjeux de l’éducation inclusive en France, au regard des évolutions internationales relatives à ce domaine. On y trouve également une clarification conceptuelle de la notion d’inclusion, qui manque parfois dans la réflexion sur l’action d’accompagnement des élèves en situation de handicap.

lundi 16 janvier 2017

des élèves en surnombre

Des élèves en surnombre

Dans un collège, soient deux classes de 3ième, de 25 élèves chacun. Dans l’une de ces classes, sont scolarisés 5 élèves sourds. Ceux-ci sont accompagnés en accessibilité de langue des signes pour la quasi-totalité de leurs cours par des interfaces ou des enseignants spécialisés. Un jour il est organisé une sortie au cinéma pour les deux classes, pour voir un film sous-titré. Entre plusieurs films, le choix du film sous-titré avait été fait pour être accessible aux jeunes élèves sourds.

Un déplacement en car fut organisé pour se rendre à la salle de cinéma. Le car avait 45 places. Que croyez-vous qu’il arrivât ? Un courriel m’informe : « Le problème est que ces 5 élèves sont en surnombre par rapport à l’effectif prévu pour le transport en car. »

vendredi 13 janvier 2017

name and shame

"Name and shame"

« Nommer et couvrir de honte », telle est la traduction de cette expression très prisée dans une certaine presse anglo-saxonne. Il arrive que dans des institutions, dont les institutions médico-sociales, qu’un professionnel, de terrain ou cadre intermédiaire, des postures, pensées, attitudes, représentations, etc., en écart avec « l’habitus » dominant de son institution, non conformes aux habitudes, aux fonctionnements, aux impensés organisationnels et professionnels de l’institution. Les fonctionnements institutionnels ont souvent du mal à faire avec ce genre de professionnels, qui par ailleurs font souvent avancer et évoluer leur institution.

vendredi 6 janvier 2017

Lecture : des mains pour parler, des yeux....

Des mains pour parler, des yeux pour entendre
La voix des enfants Sourds
d'André Meynard, érès 2016

Après m’être procuré le dernier livre d’André Meynard, intitulé « Des mains pour parler, des yeux pour entendre », et qui a pour sous-titre « La voix et les enfants Sourds », je l’avais laissé traîner quelque temps sur une étagère, parce que j’avais choisi d’avoir d’autres urgences de lecture, et aussi parce que je me disais : « J’ai déjà lu tous les autres ouvrages d’André Meynard, et nombre de ses articles, que pourrait-il bien avoir de nouveau à dire ? 

Reprenant finalement le livre, j’avoue que je me suis trompé. Bien sûr, l’auteur reprend les problématiques, approfondies, qu’il avait précédemment traitées dans son approche du développement de l’enfant Sourd. Ce livre pose des questions fondamentales sur la reconnaissance (ou la non-reconnaissance justement dans ce qui se dessine de leur approche aujourd’hui) des enfants Sourds. L’emprise du sonore est toujours là, et sans doute d’autant plus présente qu’elle s’inscrit dans une évolution sociétale générale qui risque d’opérer un déni des particularités, vitales, des enfants Sourds.

mercredi 4 janvier 2017

résolution européenne sur la langue des signes

Résolution du Parlement européen sur les langues des signes et les interprètes professionnels en langue des signes

Même si une résolution du Parlement européen n’a pas de valeur juridique quant à sa mise en œuvre au quotidien dans les différents pays de l’Union européenne, elle n’en indique pas moins cependant des grandes orientations qui préfigurent bien souvent les évolutions à venir.

Cette Résolution (Résolution du Parlement européen du 23 novembre 2016 sur les langues des signes et les interprètes professionnels en langue des signes) porte sur la place des langues des signes dans les différents pays de l’Union européenne en tant que condition et ressource de l’égalité citoyenne, dans l’éducation, la formation, l’emploi, la ville et la citoyenneté.

mardi 3 janvier 2017

Les effets pervers d'un regard institutionnel

Les effets pervers d'un regard institutionnel

Les institutions du secteur médico-social se laissent souvent aller à avoir un regard (et un discours) à la fois totalitaire et dévalorisant envers les « usagers ». Lors d’une réunion, peut-être de synthèse, en tout cas en présence d’experts, il s’agissait d’examiner la situation d’Ornella, dont l’attitude et le comportement interrogeaient beaucoup, voire mettaient à mal, les professionnels des équipes. Après avoir évoqué plusieurs questions ayant trait à son comportement en classe, au collège, à l’internat, en famille (pour ce qu’on en connaissait), on en est arrivé à sa corpulence physique. Une professionnelle prit la parole : « Là maintenant, ça se dégrade, elle mange n’importe comment, elle est devenue quasiment obèse, et puis il faut voir comment elle se tient, elle est la plupart du temps avachie à sa table ou dans la salle de loisirs ! » Cette professionnelle se trouvait face à moi, de l’autre côté de la table. A côté d’elle, une de ses collègues, très corpulente, « avachie », peu soucieuse de son apparence physique. Les propos tenus sur Ornella auraient pu la qualifier ! J’ai vu cette professionnelle se crisper, blêmir, puis laisser passer.

vendredi 16 décembre 2016

Deux notes d'information de la DEPP

Deux notes d'information de la DEPP sur la scolarisation des élèves en situation de handicap

La DEPP (Direction de l’Evaluation, de la Prospective et de la Performance) du Ministère de l’Education nationale a publié dans de dernier trimestre de 2016 deux notes d’information qui donnent des chiffres tout à fait intéressants sur les évolutions et les caractéristiques de la scolarisation des élèves en situation de handicap :
"Pour la première fois, un regard sur les parcours à l'école primaire des élèves en situation de handicap" accéder à la note
"Depuis la loi de 2005 la scolarisation des enfants en situation de handicap a fortement augmenté." accéder à la note 


y a-t-il plus de différences entre deux sourds...

Y a-t-il plus de différences entre deux sourds qu'entre deux entendants ?

On pourrait le croire, à observer un certain nombre de postures, attitudes, pratiques et organisations professionnelles. L’argument le plus commun pour défendre les petits nombres d’élèves dans les dispositifs de scolarisation spécifiques pour élèves en situation de handicap (ULIS ou unités d’enseignement) fait appel à l’idée des différences individuelles entre les enfants.

mardi 13 décembre 2016

lectures : Eloge de la faiblesse

Eloge de la faiblesse (Cerf, 1999) et Le métier d'homme (Seuil, 2002) d'Alexandre Jollien

Il existe aujourd'hui de nombreuses publications, ouvrages ou articles, sur la gestion, l'organisation et le management des établissements et services qui accueillent ou accompagnent les personnes en situation de handicap. Plus rares sont les publications qui tentent des approches anthropologiques (sociologiques, psychologiques, ...) des situations vécues par les personnes ayant des déficiences ou des troubles, et qui tentent de rendre compte des points de vue et des réalités que vivent ces personnes, et dont ne parlent pas, le plus souvent les ouvrages de la première catégorie. Plus rares encore sont les véritables "témoignages" des personnes vivant différentes situations de handicap.
Parmi ceux-ci, il y a Alexandre JOLLIEN, dont je recommande ici deux des  premiers ouvrages, pas très récents, mais toujours d’actualité.

vendredi 9 décembre 2016

"Six menthes à l'eau, et ...."

"Six menthes à l'eau, et ... "

J’étais tombé, il y a déjà de nombreuses années, sur un article dont le titre m’avait intrigué par son caractère inhabituel dans une revue professionnelle : « La culture des incapables, ou six menthes à l’eau ». Je ne résiste pas au plaisir de reproduire ici « l’historiette » que raconte l’auteur (J-F. Gomez, conférence au Colloque Européen sur l’insertion sociale et professionnelle des personnes handicapées mentales, 1998) : « C’était au cours d’un évènement festif, dans un village de Provence très fréquenté, au mois d’août. J’étais donc en vacances oubliant comme tout un chacun mes soucis de l’année, sirotant un demi de bière avec quelques amis, décontracté. Soudain, je vois un groupe de six handicapés mentaux s’installer sur la terrasse avec leurs accompagnateurs. Les personnes handicapées, des adultes de quarante à quarante cinq ans, hommes et femmes, les accompagnateurs un peu plus jeunes. Au début, je ne fais guère attention à cette présence, qui pour moi, est très quotidienne, et somme toute banale. Je remarque pourtant une sorte de bruissement près du bar… Le garçon vient chercher les consommations. Les adultes handicapés qui n’avaient pas un sou sur eux sont gratifiés collectivement de six menthes à l’eau, pendant que les accompagnateurs choisissent leur boisson préférée, y consacrant le temps nécessaire ».

lundi 5 décembre 2016

D'un petit raté à du harcèlement

D'un petit raté à du harcèlement

Appelons-le Monsieur X. Mr X est moniteur éducateur, âgé d’une cinquantaine d’années. Il a exercé, depuis ses 18 ans, dans le même établissement, à l’internat de l’institution. A l’heure des faits qui suivent, il partage son temps entre, d’une part, ses missions auprès des jeunes (à l’internat toujours, ainsi que des fonctions d’accompagnement à l’orientation des jeunes de 14 à 16 ans), et d’autre part des délégations syndicales et de représentation du personnel. Pendant ces années, il n’a jamais fait voir de ses projets que celui, à échéance encore lointaine, de son départ en retraite.

vendredi 25 novembre 2016

"T'en n'a pas marre, toi, des sourds ?"

T'en n'a pas marre, toi, des sourds ?


Cette question m’a été posée plusieurs fois, et ceci depuis au moins une quinzaine d’années, en référence sans doute à ma longue expérience professionnelle dans le champ des établissements et services pour jeunes sourds. Elle fait pendant à une autre remarque, fréquemment entendue elle aussi : « Les sourds ! Pffff ! », assortie d’un geste significatif d’un ras-le-bol. Evidemment ces question et remarque ne viennent pas des professionnels de terrain, chez lesquels on trouve le plus souvent des convictions et déterminations de longue durée.

vendredi 18 novembre 2016

A propos de l'instruction sur le cahier des charges des unités d'enseignement

A propos de l'instruction sur le cahier des charges des unités d'enseignement

Le ministère des affaires sociales et de la santé a publié le 23 juin 2016 une instruction relative au cahier des charges des unités d’enseignement externalisées des établissements et services sociaux et médico-sociaux (n°DGCS/3B/2016/207).

Déjà le titre devrait nous interroger : les unités d’enseignement sont qualifiées d’externalisées. Mais externalisées par rapport à quoi ? A l’école, comme devrait logiquement le faire penser la politique d’école inclusive ? Ou aux établissements médico-sociaux qui les « organisent » aujourd’hui ?

lundi 14 novembre 2016

Adversaire et ennemi

Adversaire et ennemi

La différence et la distinction de ressenti entre les notions d’adversaire et d’ennemi sont parfois appréhendées confusément, tant dans la vie personnelle que professionnelle, et font rarement l’objet d’une pratique réflexive. On gagnerait pourtant, dans le secteur médico-social, à élucider cette distinction fondamentale dans les rapports professionnels, tant ceux-ci sont parfois biaisés faute de cette élucidation, afin de mieux se donner des capacités de penser et d’agir dans de bonnes conditions. Un regard philosophique peut contribuer à cette élucidation, avec une petite incursion en philosophie morale et politique.

mercredi 9 novembre 2016

Un plaidoyer pour la ségrégation

Un plaidoyer pour la ségrégation

Depuis quelques semaines, il y a une certaine effervescence dans les Instituts Nationaux de Jeunes Sourds ou de Jeunes Aveugles (INJS ou INJA). La raison en est que ces établissements, qui ont à l’heure actuelle un statut très particulier, soient soumis aux mêmes règles que les autres établissements médico-sociaux, y compris ceux qui accueillent les jeunes sourds ou jeunes aveugles. Ceux-ci sont sous la gouvernance des ARS (Agences Régionales de Santé), alors que les INJS et INJA, s’ils sont bien financés à environ 60 % sous responsabilité des ARS, sont hors de leur responsabilité, le reste de leur budget (celui de l’enseignement) provenant d’un financement d’Etat (qui n’est pas celui de l’Education nationale). Et il semblerait qu’aujourd’hui, les pouvoirs publics veuillent mettre les INJS et INJA au régime commun.

vendredi 4 novembre 2016

Evènement : autour du livre d'André Meynard

Matinée Librairie
              Autour du livre d'André Meynard
Des mains pour parler, des yeux pour entendre

Samedi 21 janvier 2017
9h30 - 12h00
Institut Protestant de  Théologie,
83 Boulevard Arago, 
75014 Paris
En présence de l'auteur 

 lire la suite : télécharger l'affiche

jeudi 3 novembre 2016

Performant, bienveillant, et inhumain

Performant, bienveillant, et inhumain

Il faut aller voir « Moi, Daniel Blake » le dernier film de Ken Loach (sortie le 26 octobre 2016). Il faut aller le voir parce qu’il présente ce à quoi peut aboutir une société (mais c’est aussi la nôtre) qui vise à la rationalisation, l’optimisation, l’efficience, la performance, etc., de ses services sociaux et publics, tout ceci sous le masque de la promotion de l’individu et de sa responsabilisation. Le cinéaste y décrit comment notre société contemporaine considère, reconnait, les oubliés, ceux qui pour différentes raisons (dans le film, c’est l’impossibilité de travailler pour une raison médicale) sont exclus de la marche en avant de la société (mais qui donne cet ordre de marche ?), les « losers » d’une société qui s’affiche naturellement « winner ».

lundi 31 octobre 2016

lecture conseillée : introduction à la culture sourde

Introduction à la culture sourde
Thomas K. HOLCOMB, érès, 2016, Trad : M. Golaszewski.
Voici la présentation qu’en fait l’éditeur :
Résumé
Cet ouvrage unique en son genre propose un panorama complet de la façon dont les Sourds – dont l’auteur professeur de culture sourde à l’université fait partie – se perçoivent et sont perçus, dans une perspective culturelle.
Présentation
Dans une approche très pédagogique, Thomas Holcomb présente la culture sourde qui est la sienne, d’une manière personnelle et vivante. Il expose les traits caractéristiques d’une culture qui sert de ciment à une population fière de ses valeurs et de son identité. Être Sourd est ici envisagé en termes positifs, loin des stéréotypes et des représentations sociales ou individuelles déficitaires. 
Conçu comme un manuel universitaire, l’ouvrage s’appuie sur des observations et des anecdotes qui rendent la lecture vivante et attrayante pour les Sourds et passionnante pour les entendants amenés à découvrir cette culture avec sa langue, ses règles et ses codes en vigueur dans les interactions sociales, ses traditions, ses normes collectives, la littérature et l’art sourds…

lundi 24 octobre 2016

A propos de la circulaire du 8/8/2016 : article intégral

A propos de la circulaire du 8/8/2016 sur la scolarisation des élèves en situation de handicap (texte complet)

Cet article réunit les quatre propos déjà publiés séparément ici même

Le Ministère de l’Education nationale a publié récemment (B.O. du 25 août 2016) une circulaire sur la scolarisation des élèves en situation de handicap, intitulée : Parcours de formation des élèves en situation de handicap dans les établissements scolaires (Circulaire n° 2016-117 du 8-8-2016).

Une circulaire de plus ? Certes le nombre de textes réglementaires concernant la scolarisation des élèves en situation de handicap est important depuis une vingtaine d’années, avec des changements significatifs sur le terrain, mais aussi des immobilismes et des résistances fortes. Alors oui, une de plus, mais qu’il importe de « décortiquer » pour voir ce qui est susceptible de changer, pour peu que des textes réglementaires puissent changer des pratiques. Je laisserai à d’autres le soin de développer des herméneutiques de ce texte, je voudrais me contenter de quelques observations pouvant avoir des effets sur les pratiques.

mardi 18 octobre 2016

Circulaire sur la scolarisation (4) des élèves en situation de handicap

A propos (4) de la circulaire sur la scolarisation des élèves en situation de handicap

La quatrième observation concerne les rapports entre le Projet Personnalisé de Scolarisation (PPS) et le Projet Individualisé d’Accompagnement (PIA) ou Projet Personnalisé d’Accompagnement (PPA). Longtemps, il a été question de la prééminence de l’un ou de l’autre de ces projets. Dans les différents discours sur le rapport entre ces deux projets, tantôt l’un était dans l’autre, tantôt l’autre était dans l’un. Du côté du secteur médico-social en particulier, les professionnels et les responsables voyaient souvent d’un mauvais œil les interprétations donnant la priorité ou la prééminence au PPS, avec différentes argumentations : l’enfant ne se réduit pas à l’élève, il faut d’abord « soigner » avant de pouvoir apprendre, l’éducation globale prime sur les apprentissages scolaires, etc.